Chaque année, la Maison du Barétous propose un calendrier d’animation et de conférences autour des thèmes variés ayant un rapport avec la vallée de Barétous.

 

En été, des soirées projections sont organisées chaque mercredi de juillet et août à 20h30. Pour l'été 2017, voici le programme qui vous est proposé.

 

Mercredi 12 juillet 2017 : « Les traces des premiers chrétiens : Oloron du IVè au VIè siècle »

 

par Pierre-Louis Giannerini, historien, écrivain 

 

Illuro, créée par les Romains dès le début de l’ère chrétienne, est restée pendant trois siècles une ville païenne. C’est la découverte inopinée de la statue du dieu Mars, qui se cachait derrière l’image de la Vierge Marie sur le tympan de la cathédrale, qui l’atteste. Pourtant, dès le IVème siècle, les fouilles archéologiques récentes prouvent qu’une partie de la population a pu enfin sortir de l’ombre pour se proclamer ouvertement chrétienne. En effet, certains commencent à s’éclairer grâce à des lampes à huile qui portent le symbole du Christ tandis que d’autres choisissent de résider pour l’éternité dans de luxueux sarcophages qui évoquent les miracles de Jésus. Ces premières communautés chrétiennes étaient conduites par des évêques mais un seul, le fameux Gratus, laissera son nom à la postérité grâce à sa participation à un concile. Le conférencier racontera les découvertes parfois inopinées et presque miraculeuses de certains vestiges chrétiens  (de véritables œuvres d’art) et tentera, à partir des actes du Concile d’Agde de 506, de restituer la vie et les préoccupations des premiers chrétiens béarnais

 

 

 

Mercredi 19 juillet 2017 : « Les talibés » Documentaire de Joël Sentenac    

 

Caméra d’or du film vidéo amateur de Salies de Béarn, Joël Sentenac nous fait découvrir la vie des jeunes Sénégalais contraints de mendier dans la rue pour payer le marabout qui leur inculque les  préceptes du coran. Bien que menacé voire même bousculé, Joël Sentenac a malgré tout réussi à faire s’exprimer des personnes aux regards divers sur cette tradition malheureusement bien ancrée dans la culture sénégalaise. Un film qui dévoile un drame qui concerne bien des enfants et qui est d’une actualité brûlante.

 

 

 

Mercredi 26 juillet 2017 : « L’école est-elle vraiment mieux ailleurs ? »  Jean Cassou pose un regard comparatif sur les systèmes éducatifs européens et nous livre ses conclusions.  

 

Mal classé par le Programme International pour le Suivi des Elèves (PISA), l’école française sombre parfois dans le déni. L’étude comparative de Jean Cassou, professeur de mathématiques propose de voir ce qui se pratique en France, Finlande, Angleterre, Allemagne, Espagne et république Tchèque. Fruit d’échanges avec des enseignants étrangers, d’élèves et d’acteurs de terrain rencontrés lors de multiples voyages d’études, cette conférence souligne les points forts et les points faibles de l’école française.

 

 

 

Mercredi 2 août 2017 : « Le fort du Portalet » par Jean Marc Casamayou    

 

Construit à l’endroit le plus étroit de la vallée d’Aspe, le fort du Portalet devait empêcher l’invasion du territoire français depuis l’Espagne. Il ne connut cependant jamais l’épreuve du feu. Sa notoriété provient du fait qu’il servit de prison politique durant la 2ème guerre mondiale. Jean Marc Casamayou, passionné d’histoire, nous fera découvrir les secrets de cette bâtisse de sa construction à son abandon et maintenant sa réhabilitation. De Léon Blum en passant par Daladier, Gamelin Mandel et bien sûr Pétain l’incarcération, de ces illustres prisonniers sera elle aussi, largement évoquée.

 

 

 

Mercredi 9 août 2017 : « Le séisme d’Arette, 50 ans déjà » Par Jérôme Van Der Woerd       

 

Chargé de recherche du CNRS à l’Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre de Strasbourg, le conférencier se propose de revenir sur le séisme du 13 août 1967 qui reste le dernier grand tremblement de terre de la métropole.

 

En ouverture de la commémoration des 50 ans de cet événement,  Jérôme Van Der Woerd présentera le contexte tectonique et géologique des Pyrénées. Qu’avons nous appris depuis 1967 ? Que savons-nous du risque des Pyrénées ? Que pouvons-nous faire pour nous protéger des séismes et diminuer notre exposition ? Autant de questions auxquelles des réponses seront apportées avant une présentation de l’étude en cours du bassin géophysique de Mauléon appelée Maupassacq. Cette observation commencée en mars jusqu’en octobre 2017 concerne 140 communes et a nécessité la pose de 450 capteurs. Elle devrait permettre de mieux comprendre la naissance et l’évolution de la chaîne pyrénéenne.

 

 

 

Mercredi 16 août : « L’immigration Basco-Béarnaise au XIXème siècle » Par Pierre Accoce          

 

Journaliste, historien et auteur de romans d’espionnage, Pierre Accoce est viscéralement attaché à la Haute Soule où il naquit et à Arette dont il fut le témoin privilégié des premières expéditions spéléologiques. Avec une faconde qui n’a d’égale que sa mémoire, il évoquera l’important flux migratoire des basques et des béarnais en route vers l’Amérique latine. A partir de documents inédits les raisons de ces départs seront expliquées ainsi que leurs pays de destination. Une histoire méconnue faite de réussites pour quelques uns et de souffrances pour beaucoup d’autres.

 

 

 

Mercredi 23 août 2017 : « Le langage sifflé » Par Philippe Biu     

Philippe Biu, professeur d’occitan à l’université de Pau, dispense des cours de langage sifflé à l’université mais aussi au collège de Laruns et à l’école primaire de Bilhères en Ossau. Pour perpétuer cette tradition ossaloise, mise en lumière dans les années 50, il s’appuie sur une méthode pédagogique développée dans les îles Canaries. Les langues sifflées permettent des communications à plus grande distance que la voix parlée pouvant atteindre 2km. Le conférencier, natif d’Arette, n’aura pas besoin de forcer son talent pour démontrer qu’avec un peu de souffle et beaucoup de technique on peut se faire entendre bien plus loin que Barétous.

 

 

 

Mercredi 30 août 2017 : « La Microscopique » Documentaire de Claire Ananos               

 

Tourné de juillet 2012 à août 2014, ce documentaire observe à la loupe les mouvements des Arettois dans l’espace, saisit des bribes de vie et les restitue pour créer une expérience collective un peu comme une télé locale pourrait le faire quotidiennement. Ces vidéos de une à sept minutes ont ainsi été montées et diffusées tous les jours par Claire Ananos réalisatrice native d’Arette. Un instantané sur la vie rurale, à la fois poétique et rafraîchissant.

 

 

 

Archives édition 2016